Fiche métier n°2 : Le pharmacien d'officine

Publié le 20 Mai 2012

Fiche Métier n° 2 : Le pharmacien d'officine

 

En guise de préambule, je vous invite à (re)lire ce billet...

 

Qu'est-ce qu'il fait de ses journées ?

Le pharmacien à l'officine peut occuper trois fonctions principales : celle de titulaire (propriétaire de la pharmacie) associé (co-propriétaire de la pharmacie avec un autre pharmacien), et assistant (pharmacien salarié).

Le pharmacien titulaire a plusieurs casquettes : il est un manager d'équipe, il est un chef d'entreprise, il est un professionnel du médicament et des produits de santé en général.

Donc les journées sont rythmées par l'élaboration de planning (qui peut éventuellement être déléguée à la secrétaire s'il y en a une), la comptabilité (qui elle aussi peut être déléguée), les relations avec les fournisseurs (grossistes, labos spécialisés, distributeurs de matériel médical...), les paperasses pour la Sécu (télétransmission, vérification des ordonnances...), les relations avec les "gros clients" s'il y en a (par exemple les maisons de retraite, EHPAD, MAS...) et bien sûr le service au comptoir.

Certains pharmaciens titulaires délèguent entièrement tout ce qu'on appelle le "back office" (c'est à dire l'aspect administratif du métier, la compta, les plannings, la télétrans ) pour ne s'intéresser qu'au coeur de métier : le contact avec les patients, autrement dit le comptoir.

 

Au comptoir, le rôle du pharmacien est de conseiller le patient pour les médicaments sans ordonnance, pour cela il faut posséder de bonnes connaissances à la fois sur les médicaments et la clinique, mais aussi sur les antécédents du patient (maladies en cours ou passées, âge, grossesse...) qui vont orienter le conseil.

 

A côté de cela, le pharmacien peut aussi être amené à conseiller des médicaments de phytothérapie, d'homéopathie, d'aromathérapie (huiles essentielles), les laits pour bébés, des produits vétérinaires ou cosmétiques. Il faut donc qu'il ait de solides connaissances dans tous ces domaines, et surtout qu'il se tienne à jour, notamment par le biais de la formation continue, notamment organisée par les labos.

Concernant les médicaments sur ordonnance, le pharmacien effectue une analyse pharmaceutique avant de la délivrer, autrement dit il fait un screening mental de l'ordonnance, à la recherche d'interactions, de redondances ou d'une prescription non conforme. Le dialogue avec le patient est fondamental pour s'assurer qu'il prend bien son traitement (observance), qu'il n'a pas d'effets indésirables gênants (tolérance). Le pharmacien peut être amené à contacter le médecin en cas de doute sur une prescription, d'où la nécessité d'entretenir une relation de confiance avec les cliniciens.

 

Comment devenir pharmacien d'officine ?

 

C'est la voie la plus importante en termes de débouchés. Environ 50-60% des étudiants d'une même promotion vont choisir l'officine.

Après avoir obtenu le concours de première année, le cursus reste commun au moins jusqu'à la 3eme année. Suivant les facultés, la spécialisation peut se faire au plus tard en fin de 4eme année. (changements à venir en raison de la réforme...).

Au cours des études, plusieurs stages seront à faire en officine de ville : stage de 2ème année = 6 semaines, stages de 3 et 4ème année = 4 semaines en tout, stage de 6ème année = 6 mois à temps plein. Le stage de 6ème année est le plus important car il permet d'acquérir une vraie expérience professionnelle, et de découvrir les différents aspects du métier, au delà du comptoir.

 

A noter : il est indispensable d'avoir déjà travaillé en

pharmacie, en dehors des stages, lorsqu'on arrive en fin de cursus.

 

Les pharmaciens embauchent des étudiants à partir de la 2eme année, mais attention, vous n'avez pas le droit de délivrer avant d'avoir valider la 3eme année, même si cela s'effectue toujours sous le contrôle du pharmacien. La validation de la 3eme année vous donne une équivalence (niveau préparateur en pharmacie) mais celle-ci n'est plus valable si vous décidez d'arrêter les études...

Vous pouvez travailler l'été, mais aussi pendant l'année, les samedis ou le soir. A partir de 350h de pratique (une fois inscrit en 3eme année) vous serez payé un peu plus.

Au cours de la 5ème année, les étudiants officinaux auront l’occasion de trouver un sujet de thèse (c’est le moment idéal pour entrer en contact avec des chefs de services, participer à une étude clinique…). L’idéal est de valider sa thèse le plus vite possible après la fin de la 6ème année. Un étudiant non thésé peut tout de même exercer, en tant que remplaçant, mais pour une durée limitée, et un salaire moindre.

Enfin, le pharmacien d’officine peut compléter sa formation initiale par de la formation continue, par exemple les DU (diplôme universitaire) permettent de se spécialiser dans un domaine précis (orthèses, homéopathie, maintien à domicile, pharmacie vétérinaire…)

La question qui tue : ça gagne combien ??

Pharmacien adjoint (à l’embauche) : 29,5 k€ par an (brut) soit environ 1960 € mensuels net.

Pharmacien titulaire : le salaire qu’il s’octroie dépend des bénéfices de la pharmacie et des charges qu’il a à assumer.

 
Crédit illustration : monpharmacien.ca (AQPP) 

Rédigé par un-petit-brin-dair

Publié dans #Infos métiers Pharmacie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :